Astuces  

Partir étudier à l’étranger sans argent

Le budget est une des premières préoccupations des étudiants qui souhaitent suivre des études hors de l’Hexagone. Même pour ceux qui bénéficient des bourses Erasmus. Nos conseils avant de partir.

 

Tout d’abord, une bonne nouvelle: les étudiants boursiers sur critères sociaux conservent leurs bourses pendant leur séjour Erasmus. Ils reçoivent en plus, comme les autres étudiants, l’allocation Erasmus versée par l’université, mais aussi d’éventuels financements supplémentaires de la part des collectivités locales. À l’université de Provence par exemple, un boursier touche, en plus de sa bourse du CROUS (conseil régional des oeuvres universitaires et scolaires) et quel que soit son échelon, le maximum de l’allocation Erasmus. Soit 500 € par mois de séjour en Europe. Malheureusement, en matière de finances, les services administratifs des universités ont souvent du mal à se caler sur le calendrier universitaire. D’où, et notamment pour ceux qui partent à l’étranger au premier semestre, un retard dans le versement des bourses Erasmus. «À l’université de Provence, le paiement est tardif, reconnaît Cécile de Miras, gestionnaire de la mobilité étudiante. Ceux qui arrivent début septembre doivent généralement patienter deux mois avant le premier règlement.»

 

Prévoir une cagnotte avant de partir étudier à l’étranger

 

Pour mieux gérer les décalages dans le paiement des bourses, il est donc recommandé aux étudiants de se constituer un «matelas» d’environ 2000€, par exemple en travaillant les deux mois d’été qui précèdent leur départ. Une somme nécessaire pour faire face aux premiers frais : transport, versement d’une caution locative, achat de matériel, etc. « L’aide de la Région Poitou-Charentes est généralement versée en avance par rapport à l’allocation Erasmus gérée par l’université, indique de son côté Christine Robuchon, du service des relations internationales de l’université de Poitiers. Un étudiant qui part au premier semestre peut recevoir la bourse régionale dès la fin août, alors que la bourse de l’université est généralement acquittée en novembre. De notre côté, nous avons décidé de donner 80% de la somme totale dès le premier versement.» La situation étant souvent différente d’une fac à l’autre et d’une Région à l’autre, cette question financière fait partie des éléments à clarifier avant de partir. Il faut penser à en discuter avec son responsable des échanges Erasmus.

 

Ne pas payer un double loyer !

 

Un autre problème : que faire de son appartement pendant son séjour à l’étranger, et comment éviter de payer son loyer en France? Il est possible de libérer son bail pour une année, mais l’opération est plus délicate quand on part un semestre. La solution : sous-louer son logement, ou mieux, l’échanger avec un étudiant Erasmus qui vient en France. Certaines universités tentent de mettre un système d’échanges. Les associations étudiantes, et notamment le réseau ESN (Erasmus Student Network), constituent aussi de bons contacts pour ces questions de logement.


Plus d'informations ?

2 réactions à “Partir étudier à l’étranger sans argent”

  1. NSAKA MAKUNGU GAETAN

    je cherche un crédit pour les mes études.

  2. Solange JG

    erasmus est un programme européen qui permet aussi de partir étudier à l’étranger avec une université partenaire de la votre. Vous pouvez aussi faire un séjour linguistique en tant qu’accompagnateurs et etre étudiant à coté.
    S

Enrichir le guide du crédit...