Astuces  

Le service civique, un tremplin pour un job ?

Envie de donner un peu de sens à votre prochaine carrière ? Ou tout simplement de mettre à profit votre recherche d’emploi ? Pourquoi ne pas tenter l’aventure du service civique (SC) ? Dispositif créé en mars 2010, le service civil offre aux jeunes de 16 à 25 ans l’opportunité de s’engager au service de l’intérêt général pour une durée comprise de six à douze mois. Le tout sans condition de diplôme. Le SC peut être réalisé auprès d’une association, d’une fondation, d’une organisation non gouvernementale ou d’organismes publics en France ou à l’étranger. L’idée est de s’engager dans un domaine choisi (culture et loisirs, solidarité, éducation, environnement, solidarité, citoyenneté…) à raison d’au moins 24 heures par semaine. Pendant leur mission, les volontaires perçoivent une indemnité mensuelle comprise entre 550 et 650 euros selon leur profil. Ils bénéficient d’une protection sociale et capitalisent des droits pour leur future retraite. D’ici la fin de l’année, 15 000 jeunes auront effectué un SC. A partir de 2014, l’agence du service civique parie sur 75 000 volontaires, soit 10 % d’une classe d’âge. Actuellement, le volontaire type est âgé de 22 ans et est plutôt diplômé : 76 % ont un niveau équivalent ou supérieur au bac. Toutefois, attention à ne pas limiter le SC aux jeunes diplômés. Le dispositif est tout à fait compatible avec une poursuite d’études légères. Par exemple, la validation de quelques unités de valeur manquantes. Mais aussi très approprié pour des phases de transition. Par exemple, un jeune en échec ou en réorientation scolaire peut tout à fait mettre à profit son SC pour réfléchir à son futur projet professionnel. Même si le service civique n’est pas une période de pré-professionnalisation, son lien avec la sphère professionnelle est évident. Ainsi, de nombreuses grandes entreprises – Axa, IBM, Casino – ont récemment signé la charte sur la valorisation du service civique. Ces employeurs s’engagent à le promouvoir auprès de leurs collaborateurs et des associations qui leurs sont proches. Axa France et IBM s’engagent aussi à valoriser ce volontariat dans leurs processus de recrutement. Les organismes de formation sont également mobilisés. Avec son programme SolidariFrance, HEC espère qu’un quart de ses diplômés s’engagera comme volontaire du service civique d’ici à cinq ans. Pour l’heure, difficile de dire si toutes ces déclarations d’intention seront suivies d’effets ou pas. Car les premières “promos” de volontaires viennent juste de terminer leur service. Pour 88 % des jeunes en mission, le SC est un moyen d’acquérir une expérience susceptible de leur servir dans leur parcours professionnel. En tout cas, il est indéniable qu’aujourd’hui, à compétences égales, les expériences extra-scolaires et professionnelles peuvent faire la différence lors d’une embauche.


Plus d'informations ?

Enrichir le guide du crédit...