Immobilier  

Compte Epargne Logement

Le Compte Epargne Logement ou CEL est destiné à financer un achat immobilier ou des travaux dans la résidence principale. Financièrement moins avantageux que le PEL ou Plan d’Epargne Logement, il est cependant plus souple, puisque le détenteur est libre d’effectuer ses versements et ses retraits, dans la limite du solde minimum et maximum.

Principales caractéristiques du CEL

Le compte épargne logement peut être détenu exclusivement par une personne physique. Vous ne pouvez par ailleurs ouvrir qu’un seul compte épargne de ce type. Il est cependant cumulable avec un Plan d’Epargne Logement.

Pour ouvrir un CEL, il faut verser au moins 300 euros, somme qui constitue aussi le solde minimum du compte. Le montant de chaque transaction (versement ou retrait) ne peut être inférieur à 75 euros. On peut placer sur le compte au maximum 15 300 euros, auxquels viennent s’ajouter par la suite les intérêts.

Aucune durée minimale de détention n’est imposée, mais il faut que le compte épargne logement ait atteint 18 mois pour pouvoir bénéficier d’un crédit immobilier associé.

Avantages, fiscalité et taux du CEL

Le taux du CEL est actuellement fixé à 1,50%, hors prime, versée par l’Etat en cas de souscription d’un prêt. Ce taux est révisable et encadré par l’Etat.

Le Compte Epargne Logement n’est pas soumis à l’impôt sur le revenu, mais donne lieu à perception des contributions et prélèvements sociaux.

Le capital est sécurisé et toujours disponible. Ainsi que nous l’avons vu ci-dessus, la fiscalité du compte épargne logement est avantageuse. De plus, la gestion de ce type de placement ne génère pas de frais bancaires.

Le montant des intérêts acquis ouvre droit à un prêt, qui peut aller jusqu’à 23 000 euros, et est remboursable sur une durée de 2 à 15 ans. S’y rajoute une prime d’Etat (jusqu’à 1 144 euros).


Plus d'informations ?

Enrichir le guide du crédit...