Astuces  

Comment fonctionne le bonus malus d’une assurance ?

Entre les contrats souvent assez complexes à décrypter et ce que vous disent votre famille et vos amis, vous pouvez parfois avoir du mal à comprendre l’ensemble des caractéristiques de ce qu’on appelle le bonus ou le malus dans les assurances automobiles. Ce coefficient qui récompense votre bonne conduite ou, au contraire, pénalise vos incidents sur la route a pourtant une grande importance puisqu’il détermine au final le prix de votre assurance et de votre cotisation annuelle. Voici donc quelques clés sur le bonus/malus, pour en savoir plus sur lui et son fonctionnement, et ainsi éviter toute crise d’angoisse.

 

Les informations à retenir sur le bonus / malus

 

Si vous êtes nouvel assuré, que vous n’avez ni bonus, ni malus, vous avez un coefficient de 1. Par la suite, c’est ce coefficient qui va diminuer ou augmenter selon les cas : les bonus le font diminuer, et par la même occasion, font diminuer votre cotisation annuelle ; tandis que les malus le font augmenter, et vous font donc payer plus chère votre assurance.

 

Comment se font les calculs du malus et du bonus ?

 

Pour chaque année sans accident, le coefficient est réduit de 5%. C’est-à-dire que la première année il passera à 0.95%, puis 0.90% la seconde année, et ainsi de suite. Il faut cependant noter que le coefficient ne peut pas descendre en-dessous de la barre des 0.50% : c’est la limite maximale de bonus autorisée. (On parle alors de bonus 50.)
Dans les faits, ce coefficient est multiplié à votre cotisation, donc s’il est inférieur à 1, il entraine une réduction. Ainsi, un bonus de 0.50% réduit de moitié la somme à payer.

 

En revanche, dès qu’un accident où vous êtes responsable se produit, votre coefficient est majoré, c’est-à-dire augmenté, de 25%. Ainsi, si vous êtes à 1, vous passerez à un coefficient de 1.25%, et si vous êtes à 0.50%, vous passerez à 0.63%. Pour les malus, le coefficient maximum est de 3.5%, vous ne pouvez pas aller au-dessus.
Dans les faits, si vous accumulez les malus et que vous franchissez le coefficient de 1, votre cotisation augmentera. Un coefficient de 1.25 vous fera par exemple payer votre assurance 25% plus chère.

 

Cas particuliers : Quand vous avez un accident et que la responsabilité est partagée, l’augmentation du coefficient ne sera que de 12.5%. De plus, si vous avez du malus et que vous n’avez pas d’accident pendant deux années consécutives, votre coefficient redescendra à 1. Enfin, si vous possédez un bonus 50 depuis au moins 3 ans, votre premier accident responsable ne sera pas pris en compte.

 

Quels accidents sont pris en compte ?

 

Tous les accidents, que vous soyez en partie ou totalement responsable, sont pris en compte. Il en va de même si vous prêtez votre voiture : vous subirez le malus même si vous n’étiez pas le conducteur. Il faut cependant noter que les vols, les accidents causés par des voleurs, les tentatives de vol, les bris de glace et les incendies n’auront pas d’incidence négative sur votre cotisation.

 

Pour terminer

 

Sachez que le bonus/malus est personnel, qu’il est attaché à un conducteur et non à une voiture, donc si vous changer d’assurance, votre coefficient, bon ou mauvais, vous suivra.


Plus d'informations ?

Une réaction à “Comment fonctionne le bonus malus d’une assurance ?”

  1. Sonia

    Je précise juste qu’il y a une légère erreur das l’article pour le calcul du coefficient.

    On ne perd pas 0.05 par an, la formule c’ets : nouveaux taux = ancien taux * 0.95.

    Même si cela ne fait pas de différence au début, cela change tout de même lorsque l’on se rapproche du taux de 0.5.

    Vous pouvez trouver un tableau récapitulatif des descente de taux sur ce site : calcul bonus malus

Enrichir le guide du crédit...